top of page
Rechercher

La ti'kaz microclimatique ° épisode 4 : s'implanter - être utile - impacter


Vue perspective d'une version de la ti'kaz °

Photomontage numérique - Sierra - 2022


Cette version de la ti'kaz reprend les codes du guétali, petite architecture s'apparentant à un kiosque surélevé qui permet de voir sans être vu et que l'on retrouve dans les jardins luxuriants des élégantes villas créoles traditionnelles. Ici, c'est un espace protégé, ventilé et ombragé surmonté d'une toiture à deux pans en tôle blanche. Des volets mobiles faits de bois et de bambous font office de claustras. La structure est en bois de cryptoméria.



Aujourd'hui, dans ce dernier épisode consacré à la ti'kaz microclimatique, nous verrons comment elle vient répondre à la problématique de l'urbanisation spectaculaire de l'île depuis les années 1960, quels sont ses usages et utilisateurs potentiels et enfin comment elle limite son impact sur les territoires dans lesquels elle s'implante.


Résumé des épisodes précédents


Afin d’accompagner la transition climatique en milieu tropical, nous travaillons sur un concept de micro-habitat frugal et bioclimatique dénommé ti’kaz microclimatique, destiné à s'implanter sur l'île de la Réunion. Cette dernière s’inspire de la case créole réunionnaise, la «kaz lontan», faite de tôle et de bois. La ti’kaz microclimatique est conçue pour s'adapter aux multiples microclimats réunionnais. La ti’kaz est faite de matériaux locaux faciles à recycler / fabriquer sur place. Le bambou, le bois, la terre crue, le basalte, les palmes, le vétiver sont autant de ressources naturelles (et il y en a d’autres) mises en valeur et utilisées dans le cadre de ce projet expérimental.


S'implanter


Avec le concept de ti'kaz microclimatique, Sierra propose, dans un contexte d'intérêt grandissant pour les micro-habitats dans l’hémisphère Nord, d’adapter et transférer le concept à La Réunion par une approche innovante adaptogène et bioclimatique. La case créole vernaculaire réunionnaise constitue déjà un habitat léger, fabriqué avec les ressources locales, réversible et adapté au climat. De même, le concept de tiny house existe à la Réunion mais notre proposition expérimentale de ti’kaz microclimatique offre une adaptabilité aux microclimats, une valorisation des filières potentielles locales de matériaux biosourcés et une mise en lumière patrimoniale des savoir-faire vernaculaires réunionnais. Nous souhaitons en extraire une véritable leçon de frugalité constructive et climatique qui pourrait s’exporter partout dans le monde, car la ti’kaz microclimatique porte en elle l’expression contemporaine de modes d'habiter séculaires et frugaux spécifiques à chaque territoire.


La ti’kaz microclimatique s’ancre dans le contexte socio-culturel riche et diversifié de l’île en proposant des variations innovantes en termes de matériaux, de modules d’habitat et de stratégies d’adaptation aux microclimats. L’usager est associé au processus de conception dès l’esquisse par le choix des matériaux ainsi que des caractéristiques esthétiques et d’insertion paysagère de sa ti’kaz.


La ti’kaz microclimatique s’inscrit à l’échelle architecturale, urbaine et territoriale en amorçant un dialogue sur l’avenir de l’habitat sur l’île et sur des enjeux spécifiques au territoire insulaire réunionnais, à savoir la problématique de l’importation des matériaux de construction, l’urbanisation galopante des hauts de l’île et l’inflation immobilière et foncière.


Après avoir étudié les filières potentielles locales de matériaux de construction biosourcés pouvant être produits, transformés et mis en œuvre sur l’île, nous souhaitons développer des partenariats avec des entreprises locales afin d’assurer aux futurs usagers un coût maîtrisé.


Être utile


La ti'kaz microclimatique se destine à plusieurs types d’usagers. Elle est constituée d’un module de base de 10 m2 auxquels peuvent venir s’ajouter des modules supplémentaires de 5 m2, la surface maximale n’excédant pas 25m2 pour des questions de transport et de poids. Sa simplicité de mise en œuvre et son faible coût en font une solution d’habitat alternatif accessible pour des populations à revenus modestes. La ti’kaz peut également s’imaginer au fond d’un jardin, comme bungalow pouvant accueillir de manière temporaire ou permanente un membre de la famille (personnes âgées, étudiants, famille de passage dans l’île, migrant climatique, etc.). La ti’kaz microclimatique est fixe ou mobile, sur pilotis, bioclimatique et répond à la RTAA DOM. Elle possède une varangue et un système de ventilation naturel et offre la possibilité de s’ouvrir totalement sur le paysage. Un prototype de ti’kaz microclimatique nourricière et végétalisée est également à l’étude où la toiture est conçue pour soutenir un jardin hydroponique comestible.


Impacter


La ti’kaz microclimatique sera disponible en version fixe ou mobile afin de s’adapter à plusieurs modes d’habiter. Dans tous les cas, elle se pose sur une structure sur pilotis afin d’avoir un impact minimal sur l’écosystème urbain, agricole ou naturel dans lequel elle s’implante.


La ti’kaz microclimatique est bioclimatique et répond à la RTAA DOM. L’électricité est générée par des panneaux photovoltaïques, l’eau est filtrée par une micro station d’épuration intégrée à la ti’kaz. La ti’kaz est également dotée de toilettes sèches.




Teaser ° Après 4 épisodes consacrés à la ti'kaz microclimatique, Sierra vous emmène à partir de la semaine prochaine et ce, jusqu'à l'été, à Abidjan, la perle des lagunes, où nous développons actuellement un projet de 9 logements collectifs bioclimatiques en collaboration avec Patrick Koré Architectes, une jeune agence d'architecture ivoirienne prometteuse. Affaire à suivre ...



EQUIPE : Sierra

MOA : Commande privée

PROGRAMME : Tiny-house bioclimatique en milieu tropical tempéré

SURFACE DE PLANCHER : 30 m2

MISSION : Conception / Réalisation - Études en cours



59 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page